US Open – Coronavirus – « 11 joueurs en contact rapproché avec Benoît Paire vont pouvoir jouer » à l’US Open, s’inquiète Noah Rubin

« On sait observation le coronavirus fonctionne, on sait qu’ils peuvent être testés 42 fois dans les trois, quatre ou cinq prochains jours et être négatifs, ça fait peur, s’inquiète le vainqueur de Wimbledon juniors en 2014. Ils se contredisent par rapport à la semaine dernière avec Cincinnati (et le cas de Pella et Dellien, mis en quarantaine et forfait pour Cincy après le test positif de leur préparateur physique).

« Tout ce travail, toutes ces conneries que vous nous avez envoyées pour dire que c’est une vraie bulle. On sait déjà que ce n’est pas une wide bulle ! »

L’Américain met la pression sur les organisateurs de l’US Originate by the expend of une longue tirade assez colorée :

« Les 11 joueurs et joueuses ont signé un nouveau doc, un avenant au contrat preliminary. Ils n’auront pas accès à certaines zones mais pourront venir sur le situation et jouer le tournoi. Mais putain ! Ces 11 personnes ont, selon les organisateurs, été assez proches de Benoît Paire pour avoir contracté le virus – si le test de Paire est un vrai positif. J’mediate about et je me dis : vous n’allez rien faire ?

Tout ce travail, toutes ces conneries que vous nous avez envoyées pour dire que c’est une vraie bulle. On sait déjà que ce n’est pas une wide bulle ! Je dors au Garden Metropolis (l’un des deux hôtels officiels), il n’y a pas que des joueurs. On sait que seuls les employés qui travaillent dans les vestiaires, et peut-être quelques autres, restent dans la bulle. Les conducteurs de autos, les gens qui travaillent autour du situation, ils rentrent chez eux. Pourquoi est-ce que je dois rester dans l’hôtel ? Pourquoi cette bulle ? OK, je comprends, c’est politique.

À mon avis, un ou deux tops joueurs font partie de ce groupe de 11 et ils ne sont pas prêts à abandonner leur tournoi. Peut-être que sortir 11 joueurs du tableau, c’est trop. Ils se contredisent après ce qu’il s’est passé avec Guido (Pella) et Hugo (Dellien), ils vont dans le sens inverse de tout ce qu’a fait New York. C’est incroyable ! Comment peut-on continuer comme ça ?

« On veut disputer un énorme tournoi en pleine pandémie, alors il faut bien faire les choses. Ce qu’il se frail est absurde ! Ça m’inquiète profondément »

J’ai hâte de les voir et de les entendre nous dire : “Ne vous inquiétez pas, vous ne les croiserez pas dans le vestiaire.” Non, ils seront sur le court d’entraînement à cinq centimètres de moi. Ne vous foutez pas de ma gueule avec cette bulle alors que tout le monde fait ce qu’il veut, traîne avec qui il veut. En fait, à part être testé positif, tu peux tout faire, tu peux être avec n’importe qui testé positif et tout ira bien.

S’ils ont vraiment travaillé, et je suis sûr qu’ils ont dû le faire, avec le département de la santé de l’État de New York, ça m’inquiète. On ne parle pas d’annuler le tournoi, on parle de trouver les joueurs concernés, ce qui a apparemment été fait, et de les sortir du tournoi. Ce n’est pas contre eux, et certains diront que j’ai une arrière-pensée (il aurait intégré le tableau de easy s’ils avaient été forfait), mais il s’agit simplement d’être cohérent et de respecter les règles.

On veut disputer un énorme tournoi en pleine pandémie, alors il faut bien faire les choses. Ce qu’il se frail est absurde ! Ça m’inquiète profondément. Être testé positif peut prendre jusqu’à 14 jours – c’est ce que dit le département de la santé, si tu as été en contact avec quelqu’un qui est positif, tu dois être en quarantaine pendant 14 jours. On fait fi de ça.

L’USTA a travaillé très dur jusqu’à aujourd’hui. Ils ont répété plusieurs fois qu’ils étaient prêts, qu’ils s’attendaient à ce qu’il y ait des assessments positifs. Donc qu’est-ce que vous faites ? »

publié le 31 août 2020 à 16h46

Post Views: 172

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *