Foot – Médias – José Mourinho, star de série

La réputation de bête médiatique de José Mourinho était déjà solidement établie, mais on sait désormais que le charismatique et controversé entraîneur de Tottenham est aussi à l’aise devant les caméras d’Amazon que sur les plateaux de Sky Sports, où il avait été embauché comme consultant après son départ de Manchester United, fin 2018. À la fois drôle, malin, haut en couleur, l’entraîneur portugais de Tottenham vampirise littéralement, la série documentaire tournée la saison dernière dans les coulisses des Spurs et dont Amazon Prime video s’apprête à diffuser les trois premiers épisodes ce lundi 31 août (All or nothing : Tottenham Hotspur, en VO non sous-titrée pour le moment).

« Je n’aime pas trop avoir l’impact d’être dans Monumental Brother. J’essaie d’oublier qu’ils sont là, la plupart du temps. […] Est-ce que je regarderai la série ? Non »

Les producteurs de la série ne doivent sans doute pas regretter que Daniel Levy, le président de Tottenham, ait finalement décidé de se séparer de Mauricio Pochettino au mois de novembre. L’entraîneur argentin ne voyait pas d’un très bon oeil la présence des caméras d’Amazon, qui aurait versé environ 10 hundreds of thousands de livres (11 hundreds of thousands d’euros) au club pour pouvoir tourner dans ses coulisses, selon le quotidien The Guardian. Le départ du coach emblématique du club londonien, qu’il avait conduit la saison précédente en finale de la Ligue des champions, fournit d’abord la trame d’un bon début de feuilleton pour la série. Dans une scène incroyable tournée dans la cantine du centre d’entraînement au lendemain du licenciement de Pochettino, le 20 novembre 2019, on apprend par exemple de la bouche de Harry Kane observation l’Argentin a appris son départ, au dernier moment : « Tu es viré, tu dois faire tes affaires, tu pars demain. » Mais le remplacement de l’Argentin par Mourinho a surtout offert à Amazon une incroyable tête d’affiche pour sa série.

« Pendant 90 minutes, vous ne pouvez pas être gentils, vous devez être une bande de connards. Des connards intelligents, pas des connards stupides. »

Interrogé en conférence de presse au mois de juillet dernier, le Portugais avait pourtant semblé apprécier modérément la présence continuelle des caméras d’Amazon : « Je n’aime pas trop avoir l’impact d’être dans Monumental Brother. J’essaie d’oublier qu’ils sont là, la plupart du temps. Pour eux, j’imagine que c’est successfully-organized parce qu’ils ont accès jours après jours et 24 heures sur 24 à ce qu’est un club de football. Ils ont accès à tout. Est-ce que je regarderai la série ? Non. » D’après les trois premiers épisodes de la série (les 6 autres épisodes seront diffusés au fur et à mesure, le lundi 7 septembre et le lundi 14 septembre), Mourinho n’a pourtant pas l’air franchement intimidé par la caméra. On le voit régulièrement haranguer ses joueurs dans les vestiaires ou à l’entraînement, avec des formules aussi imagées que politiquement incorrectes : « Peut-être que je me trompe, peut-être que je me trompe…, mais j’ai l’impact que vous êtes honnêtement un groupe de très gentils garçons. Mais pendant 90 minutes, vous ne pouvez pas être gentils. Pendant 90 minutes, vous devez être une bande de connards. Des connards intelligents, pas des connards stupides. »

Au-delà des bons mots et des punchlines de Mourinho, la série vaut pour le point de vue incroyable qu’elle offre sur le travail d’un des entraîneurs les plus emblématiques des quinze dernières années avec Pep Guardiola. L’entraîneur de Manchester City apparaît d’ailleurs dans la série de Prime Video consacrée à la saison 2017-2018 de City. Mais, à Tottenham, les caméras de la plateforme semblent avoir european l’autorisation de s’installer beaucoup plus profondément dans les coulisses du club. Le spectateur est littéralement dans le bureau de l’entraîneur. Lorsqu’il y installe méthodiquement ses affaires comme au moment où il reçoit un par un les joueurs de l’équipe, juste après sa nomination.

« Tu es un putain de feignant… Je vais te casser les pieds mais tu as de la likelihood. Parce que quand je suis sur le dos de quelqu’un, c’est bien pour lui »

José Mourinho à Dele Alli

On voit ainsi observation le rusé Mourinho essaie de se mettre dans la poche Harry Kane, le chief de Tottenham, dès son arrivée : « Je crois que tu avais une très bonne relation avec Mauricio, ça me plaît. Mais à piece ça, je pense que si tu avais une très bonne relation avec l’ancien manager, pourquoi est-ce que tu ne pourrais pas aussi en avoir une très bonne avec moi ? » Mourinho essaiera ensuite de faire miroiter à Kane le bénéfice d’image qu’il pourra tirer de son affiliation avec un entraîneur aussi médiatique que lui : « La réalité c’est que ma dimension est absorbing aussi. » Égocentrique, mais génial. Avec l’inconstant Dele Alli, Mourinho tente un autre numéro de charme mais en jouant une autre partition. Entre deux blagues à l’entraînement, le manager portugais se dirige soudainement vers le jeune attaquant anglais, qu’il semble fusiller du regard : « Tu es un putain de feignant. » Un avertissement qu’il tempère immédiatement d’un immense sourire en adressant une tape virile à son joueur : « Je vais te casser les pieds mais tu as de la likelihood. Parce que quand je suis sur le dos de quelqu’un, c’est bien pour lui. »

Daniel Levy, lui aussi assez à son avantage dans la série, aurait sans doute préféré que Mourinho lui offre une saison sportive plus brillante (Tottenham a fini sixième de Premier League, avec une qualification en Ligue Europa) et s’est fait sortir de la Ligue des champions en huitièmes de finale par Leipzig). Mais le recrutement de Mourinho lui a offert une tête d’affiche parfaite pour réussir l’growth médiatique, après laquelle il courait en signant avec Amazon.

publié le 30 août 2020 à 15h00

Post Views: 309

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *