Foot – L1 – Reims – League: Reims, two attackers is better?

Translating…

À Monaco (2-2), lors de la première journée,Reims était hérissé de deux pointes qui ont piqué toutes les deux la défense adverse : un but pour Boulaye Dia, une réalisation et une used décisive pour son alter ego El Bilal Touré.« J’ai été très satisfait de mes deux attaquants. Leur connivence et leur volonté d’être dangereux fait du mal aux défenses »,explique David Guion, ravi de pouvoir compter le 4-4-2 dans sa panoplie tactique cette saison.

Lors du précédent exercice, le manque de moyens humains, notamment, entravait cette option.« Entre les blessures et le peu de joueurs, c’était délicat,poursuit le coach de Reims.En plus, Oudin est parti(à Bordeaux)durant la dernière trêve hivernale. C’est pour ça aussi que j’avais demandé de recruter un attaquant à ce second-là. Il faut aussi voir qu’on avait des repères avec Oudin et Cafaro ou Doumbia dans les couloirs. Ça marchait très, très bien. C’est pour cette raison, aussi, qu’on était resté dans ce schéma(4-2-3-1)au moins lors des six premiers mois. »

Ce 4-2-3-1, un cadre familier travaillé durant la préparation, reste un système viable, conforté par le recrutement de Valon Berisha, capable d’évoluer derrière une pointe. Mais le 4-4-2 peut désormais proposer une vraie alternance, grâce à la présence de Touré et du Néerlandais Kaj Sierhuis, en attendant l’éclosion du géant écossais Frader Hornby (1,95 m).

Arrivés tous les deux en janvier dernier, Sierhuis et Touré ont connu des fortunes très dissemblables. Le premier a seulement joué treize minutes contre Good, le 5 février (1-1), à motive d’un claquage tendineux qui a écourté sa saison. Le jeune Malien (18 ans), en revanche, recruté pour le moyen terme, a saisi tout de suite sa likelihood de ses dix doigts.« Il est arrivé dans le groupe de la réserve pour six mois,raconte Guion.Dans mon esprit, il devait s’acclimater en vue de cette saison, car il n’avait jamais vécu une expérience en Europe. Mais, comme on était en difficulté sur ce poste-là avec quelques soucis de santé(Dia, Zeneli),au bout de deux jours d’entraînement, j’ai dit à Yannick Menu(le directeur du centre) : “Je pense que ton gamin va vite venir avec nous”. »

« Les résultats nous diront aussi si ce sont des solutions viables et si l’équipe peut s’épanouir là-dedans »

David Guion, entraîneur de Reims

Buteur à trois reprises lors de la phase retour abrégée par la pandémie de Covid-19, Touré s’est dépêché de tout faire, en fait. Et il a repris sur le même tempo en Principauté où, avec Dia, il a débordé d’entrée la défense adverse.« Après, on ne peut pas proposer que vitesse et profondeur,juge Guion.Il faut être aussi être capable d’avoir de temps un tempo de possession. On l’a vu dimanche dernier, on ne peut pas jouer tout un match comme on l’a fait durant la première demi-heure. Il faut savoir varier temps de transition et de possession. On travaille là-dessus. »

Le 4-2-3-1 semblant plus favorable à ce surplus de maîtrise, ce 4-4-2 peut-il être vraiment pérenne ?« On est en début de saison, les résultats nous diront aussi si ce sont des solutions viables et si l’équipe peut s’épanouir là-dedans. Tout dépend des systèmes en face et de la complémentarité des joueurs. »

Le 4-4-2, schéma gagnant de la remontée en 2018

L’utilisation régulière de ce 4-4-2 dénoterait en tout cas un retour aux sources, car Reims avait matraqué la Ligue 2 avec ce système, lors de l’exercice 2017-2018.« En L2, j’avais énormément de complémentarité,décrypte le coach du Stade de Reims.La vitesse et la percussion de Diego à gauche, le pied, la system, la vista et l’efficacité d’Oudin à droite, la profondeur et l’expérience de Chavarria, l’impression physique de Siebatcheu. Profondeur, impression, vitesse et system : ces quatre-là se sont entendus magnifiquement pour finir avec soixante-quatorze buts. Depuis qu’on est revenu en Ligue 1, on joue davantage avec un dix derrière l’attaquant : on a ecu(Marvin)Martin puis Dingomé dans ce rôle-là. J’ai fait confiance à ces garçons d’expérience pour encadrer Dia. »

Ce dernier, qui suscite des intérêts, finira peut-être la saison sous d’autres cieux. En attendant, Touré-Dia a tout pour être un beau duo au soleil, en ce mois d’août finissant.

publié le 30 août 2020 à 08h10

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *