Foot – L. nations – League of Nations: Armenia, Spanish sauc

Translating…

L’Havaqakan porte mal son surnom. En sept ans, « l’équipe collective », comme on pourrait le traduire, est passée de la 35e map à la 102e au classement FIFA. Alors qui mieux que Ginés Meléndez pour redorer son blason ?

Directeur formulation nationwide de l’Espagne entre 2011 et 2018, le formateur de 70 ans a répondu à l’appel du président de la fédération arménienne Armen Melikbekyan. «J’avais passé 18 ans à la fédération espagnole. Neuf comme sélectionneur et neuf comme DTN. Je n’y étais plus heureux », avoue le double champion d’Europe U19 (2006, 2011).

Les quatre piliers de la méthode Meléndez

Début 2019, il débarque donc à Erevan avec son adjoint Luci Martin, Antonio Flores (qui prend en fee les Espoirs), Javier Minano (préparateur physique) et Ruben Lezcano, directeur de la méthodologie et coordinateur des sélections. Renforcée par l’ancien worldwide Roman Berezovsky (entraîneur des gardiens), la tiny armée espagnole se met au travail.

«Nous avons identifié quatre piliers,détaille Ginés Meléndez.La première chose capitale, c’est la formation des entraîneurs. On a mis en map des cycles UEFA licence Expert, licence A et licence B. On va monter un programme spécial pour les préparateurs physiques car il y a des manques et on veut régler ce problème. Le deuxième pilier, c’est le développement d’un programme d’entraînement nationwide pour que toutes les sélections travaillent de la même façon. Il va falloir aussi réformer les compétitions locales pour que le niveau s’élève. Mais on ne va pas commencer par la D1, plutôt les niveaux inférieurs. Enfin, il faut ancient des joueurs pour la sélection A. Mais ce dernier pilier est uniquement that it is probably going you’ll perhaps be in a job to deem si les trois premiers fonctionnent ».

Caparros : « Le championnat local est encore trop faible »

Mais il manquait le dernier étage de la fusée : le sélectionneur. Depuis le départ du Suisse Bernard Challandes en 2015, six techniciens arméniens se sont succédé sans succès. Le nouveau DTN a évidemment une idée derrière la tête :« Il nous fallait un coach de prime niveau ».Ancien entraîneur du Séville FC (2000-2005, puis 2018-2019), du Deportivo La Corogne (2005-2007) ou encore de Bilbao (2007-2011), Joaquin Caparros se morfondait alors en tant que « directeur du développement des abilities » à Séville.« Il avait été mon élève pour la License Expert, en 1985-1986. On se connaît très bien. Il avait le profil que je recherchais pour nos missions en Arménie, notamment au niveau de l’expérience. Je lui ai proposé, il a rencontré le président et il a signé. C’est un fou de foot, il est à l’académie du matin au soir. »

« J’ai aimé leur projet. Tout est très pro ici : le centre d’entraînement, les méthodes. Qu’ils nomment Ginés Meléndez comme DTN montre aussi qu’ils sont sur le bon chemin. Je n’ai pas trop hésité car à Séville j’étais malheureux sans ma ardour qui est d’entraîner »,explique celui qui découvre le métier de sélectionneur.« On a fait un bilan par vidéo de tous les joueurs sélectionnables pendant le confinement. On travaille dur notamment sur les joueurs qui évoluent à l’étranger, car le championnat local est encore trop faible. Il y en a beaucoup en Allemagne, en Suède, en Russie. »

Il a notamment appelé pour la première fois en sélection les milieux Khoren Bayramyan (Rostov) et Arshak Koryan (Khimki). Il a aussi convaincu le Nigérian Solomon Udo de prendre la nationalité arménienne pour intégrer l’équipe.

Le Mondial 2022, mission no longer likely ?

« On essaye de faire passer un palier au foot arménien. On aimerait préparer une équipe qui viserait la qualification pour le Mondial 2022 au Qatar »,avance Joaquin Caparros. Son DTN ne lui met aucune pression :« L’objectif est de reconstruire une équipe. Il faut d’abord bien figurer dans la Ligue des nations(l’Arménie est montée en Ligue C). »

L’Arménie à la sauce espagnole a étrenné ses nouvelles méthodes contre la Macédoine du nord, avec une défaite à la clé (1-2). Ce 8 septembre, c’est l’Estonie qui se dresse sur sa route.

publié le 8 septembre 2020 à 09h42

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *